Yom Kippour – textes

Yom Kippour nous donne la possibilité de modifier notre ligne de conduite, de réévaluer nos idéaux et de rectifier notre comportement dans la vie. 

 

Lévitique 16, 29-31

Et ceci sera pour vous une loi perpétuelle: au septième mois, le dixième jour du mois, vous mortifierez vos âmes et ne ferez aucun ouvrage, soit l’indigène, soit l’étranger qui vit parmi vous. Car en ce jour on fera propitiation sur vous afin de vous purifier; vous serez purs de tous vos péchés devant l’Eternel. C’est pour vous un Chabbat, un Chabbat solennel, où vous devez mortifier vos âmes : loi perpétuelle.

Lévitique 23, 27-28 et 31-32

Au dixième jour de ce septième mois, qui est le jour des Expiations, il y aura pour vous une convocation sainte : vous mortifierez vos âmes, vous offrirez un sacrifice à l’Eternel et vous ne ferez aucun travail en ce jour, car c’est un jour d’expiation, destiné à vous réhabiliter devant l’Eternel votre Dieu.

Yom Kippour/ Jour du Pardon ou Jour de l’Expiation, est célébré le dixième jour du mois de Tichri. C’est le moment culminant des Dix jours de Pénitence et la seule Fête dont la sainteté équivaut à celle du Chabbat. Elle invite à la réflexion et à l’introspection. La journée est entièrement consacrée à l’auto-évaluation, à l’autocritique, à la confession et à l’expiation.

La pratique du jeûne nous permet de nous séparer du monde, nous nous libérons de ses demandes et de ses incitations pour nous retrouver face à nous-mêmes, face à la réalité de notre existence, face à nos échecs comme à nos réussites, et face à Dieu.

 

Pratiques et coutumes de Yom Kippour

Observer Yom Kippour
C’est une mitzvah d’observer Yom Kippour le dix Tichri.

Techouvah/repentir
C’est une mitzvah de se repentir le Jour de Kippour.

Au moment où la période d’autocritique, de réconciliation et de réflexion qui a commencé à Roch Hachanah arrive à son point culminant, les prières de confession mettent en évidence les erreurs et les insuffisances qui nous éloignent de nous-mêmes, des autres et de Dieu. C’est après cette prise de conscience que Yom Kippour apporte le pardon. A travers la Techouvah/repentir nous retournons vers Dieu et nous acquérons le sentiment que Dieu revient vers nous.

 

La réconciliation

Avant Yom Kippour, c’est une mitzvah de rechercher la réconciliation avec toute personne envers qui nous avons mal agi.

 

Tzedakah/acte d’entraide

La coutume de faire la tzedakah avant Yom Kippour est appelée Kapparah/expiation, car ce geste sert implicitement d’expiation pour les fautes que nous avons commises. Aujourd’hui, on invite chacun à faire un don en faveur des démunis.

Allumer les bougies de Yom Kippour

C’est une mitzvah d’allumer les lumières de Yom Kippour. Dans certaines communautés, l’office de Kol Nidré est précédé de cet allumage

 

Bénédiction des enfants

C’est une mitzvah pour les parents de bénir leurs enfants.

 

Jeûner

C’est une mitzvah de jeûner le Jour de Kippour, c’est-à-dire de s’abstenir de toute nourriture (et de toute boisson), de toute relation sexuelle, ne pas se laver, ni se parfumer, ni porter des chaussures confortables.

En niant symboliquement nos besoins vitaux essentiels, nous nous concentrons sur les aspects de la nature humaine qui nous rapprochent de Dieu, notre Créateur.

Le jeûne commence dès l’allumage des bougies de Yom Kippour et se termine après la sonnerie du Choffar à la fin de Neilah.

 

L’office communautaire

C’est une mitzvah de se joindre à la communauté en assistant à l’office de Kol Nidré, le soir de Yom Kippour, et aux offices de la journée de Yom Kippour jusqu’à la sonnerie du Choffar à la fin de Neilah. Pour tous ces offices, il est d’usage de porter le talit.

 

Office de Commémoration : Yzkor

C’est une mitzvah de dire le Yzkor/prière du souvenir pendant laquelle on rappelle le souvenir des disparus. Cette prière fut introduite dans les synagogues ashkenazes au temps des Croisades lorsque des communautés entières furent décimées. Les communautés rescapées perpétuèrent ainsi la mémoire de ceux qui n’avaient plus de descendants pour le faire. Aujourd’hui, après la Shoah, cette prière acquiert une signification supplémentaire.

 

Ne pas travailler

C’est une mitzvah de ne pas travailler à Yom Kippour.

 

La Havdalah

A la fin de Yom Kippour, c’est une mitzvah de dire la Havdalah , prière marquant la séparation entre le moment consacré (Yom Kippour) et les autres jours de l’année.

 

Commencer à construire la Souccah

Dès la fin de Yom Kippour, on commence symboliquement la construction de la Souccah.

 

Rompre le jeûne

Le repas qui suit Yom Kippour doit être un repas particulièrement joyeux. On éprouve un sentiment de libération qui provient de l’expérience de cette journée d’introspection, de prière, d’espérance et de confiance dans le pardon divin. Il est demandé de recevoir chez soi ceux qui sont seuls afin qu’ils puissent rompre le jeûne en famille.

Après avoir réparé la faute et demandé le pardon de ceux qui ont été blessés et l’avoir reçu, on se tourne vers Dieu et on implore Son pardon.

Le repentir est parfait et le pardon est accordé si, après avoir réparé la faute, avoir demandé le pardon et se retrouvant dans une situation identique, on ne répète pas la même erreur.