Home Objets transmissionnels

Blog

Objets transmissionnels

Du 5 au 19 décembre 2018 – dans le hall de la Haute Ecole de Travail Social de Genève   Rue Pré-Jérôme 16, 1206 Genève (Suisse). Accès de 7h30 à 19h

Exposition “Objets transmissionnels”

Programme:

  • En décembre, le blog de l’infothèque de la HETS sera consacré à la problématique de la deuxième génération après la Shoah. Sa responsable, Madame Motisi-Nagy, proposera une sélection de livres et de films sur ce thème.
  • Jeudi 6 décembre de 17h à 19h: Rencontre informelle avec les auteurs et visite commentée en parallèle à la Table ronde “Politique migratoire et action sociale: Quel rôle pour la recherche?” Entrée libre.
  • Lundi 10 décembre de 12h15 à 13h30: Rencontre avec les étudiants et les enseignants, visite commentée et apéritif dînatoire.
  • Jeudi 13 décembre à 17h30:Ciné-débat : projection d’un film sur le thème des deuxièmes générations et discussion, avec la participation de Claudio Bolzman, Monique Eckmann et Dania Appel. Entrée libre.

Qu’est-ce qui peut bien relier un éléphant en or, un cintre cassé, un petit avion, une nappe, une maison, une poupée qui pleure, un bloc de verre jaune, une cuillère aux insignes du Troisième Reich, une colonnette de pierre et une pile de chapeaux?

Ce sont tous des objets transmis, reçus, récupérés et conservés par des personnes de deuxième ou de troisième génération après la Shoah ou par des enfants cachés. Et c’est avec un attachement particulier, une grande tendresse, et parfois une touche d’ambiguïté que ces personnes les ont faits leurs.

Chaque objet constitue une énigme qui lie son propriétaire au passé et contient toute une histoire, parfois toute une vie ou une famille disparue. Il révèle un lien trans-générationnel spécifique. Chaque histoire, si poignante et originale soit-elle, prête à sourire, à réfléchir et à s’émouvoir. Chaque photographie est le fruit, non seulement d’un “travail de mémoire” ou d’un “devoir de mémoire”, mais bien d’un “besoin de mémoire”! Un témoignage fort contre l’oubli. 

Avec le soutien du DFAE, de la CIG, de la FSCI, de la Fondation Ernst Goehner, de la Loterie Romande, de la Fondation Jankilevitsch, du Cercle Martin Buber, du Fonds Général de l’UniGE, de la Ville de Versoix, de la Ville de Genève, du Centre Interfacultaire des Sciences Affectives et de l’Institut de Recherches Sociologiques de l’UniGE, les Amis Suisses de Yad Vashem, la Fondation Irène Bollag-Herzheimer…